Achat et location

achat location chariot elevateur

Pour une entreprise, il n'est pas forcément rentable d'investir dans une flotte de chariots élévateurs en achetant directement les engins. A court ou à long terme, il peut être judicieux de les louer. En fonction de l'activité et des besoins, le choix peut être intéressant. Avec des charges variées à transporter ou à charger, on peut avoir besoin de différents engins ayant chacun leurs caractéristiques.

Ces besoins peuvent être ponctuels. En choisissant la location, l'entreprise a accès à une flotte variée qui permet de répondre à ses besoins précis. En location, toutes les tâches de réparation et d'entretien peuvent être prises en charge par l'entreprise de location. Cette solution convient aux entreprises ayant des besoins limités, pour compléter une flotte trop juste pendant une période donnée. C'est un choix personnalisé à moyen ou long terme.

La location offre une souplesse d'utilisation grâce à la mise à disposition des chariots élévateurs appropriés au moment adéquat et pour une durée prévue. L'achat d'un chariot élévateur neuf ou d'occasion peut être économique lorsque les besoins sont réguliers. Il est alors possible d'équiper le chariot de différents accessoires pour l'adapter aux besoins variés.

L'entreprise qui choisit d'acheter son matériel n'est pas tributaire des stocks disponibles chez le loueur et elle fait l'achat de modèles les plus intéressants pour son activité. Elle intègre l'engin dans ses immobilisations et profite des règles de l'amortissement. La faible décote permet éventuellement une revente à prix intéressant avant un nouvel investissement.

L’achat d'un chariot élévateur

Lorsque vous avez étudié les différentes caractéristiques des modèles de chariots élévateurs et que vous vous êtes décidés sur un engin, il vous apparaît peut-être préférable de l’acheter.

Qu’il soit neuf ou d’occasion, c’est en effet une solution qui peut se révéler bien plus économique dans certains cas, notamment si vous êtes amenés à utiliser votre outil tous les jours ou très régulièrement, ou encore si vous souhaitez optimiser votre chariot par l’ajout d’accessoires.

Les avantages liés à l'achat

♦ Un achat sera bien plus économique et rentable si vous utilisez quotidiennement votre chariot

♦ Si vous effectuez des tâches diverses, il est intéressant d’investir dans un modèle qui convient à l’utilisation que vous comptez en faire et d’y ajouter les accessoires lui permettant de s’adapter à toutes les situations

♦ En cas de besoin urgent, l’achat vous permet d’éviter les démarches de location

♦ En cas de revente en vue d’un nouvel investissement, la faible décote vous autorise un prix intéressant

Les inconvénients et les contraintes de l'achat

♦ Si votre utilisation est ponctuelle, investir dans un matériel relativement couteux et qui nécessite de l’entretien ne vous sera pas bénéfique. Dans ce cas, optez plutôt pour une location à court ou long terme

♦ Le coût réel n’est malheureusement pas limité au prix d’achat. Comme pour tout matériel, il vous faudra y ajouter les frais de maintenance (entretien et réparations), de contrôles obligatoires, de carburant selon les modèles, d’accessoires, d’assurance, etc

♦ Renseignez-vous bien en amont car les prix sont conséquents pour ce type d’engins et varient fortement selon le modèle et le vendeur ! Lors d’un achat sur un chariot d’occasion, assurez-vous qu’il fonctionne correctement et qu’il soit bien en règle afin d’éviter les mauvaises surprises

La location

Selon votre utilisation, cette solution peut se révéler plus avantageuse pour vous qu’un achat, notamment si votre besoin est uniquement occasionnel, très varié ou encore si vos moyens financiers sont limités.

Les avantages de la location d'un engin

♦ La location de l’engin vous permet de vous dispenser des tâches de réparation et d’entretien car l’entreprise de location en assure la prise en charge. Le loueur est également tenu de vous fournir un certificat de conformité.

♦ En cas d’activité nécessitant un matériel multiple, la location vous permet d’adapter en toute souplesse l’outil au besoin ponctuel et ainsi d’éviter un achat centré qui ne pourrait répondre à toutes les tâches. Vous pouvez ainsi multiplier les modèles de chariots élévateurs selon vos besoins et de réduire votre flotte lorsqu’ils ne sont pas nécessaires.

Les inconvénients et les contraintes de la location

Vous êtes tributaires des stocks : si le modèle dont vous avez besoin n’est pas disponible, il vous faudra attendre, ce qui peut s’avérer gênant en cas d’urgence.

La location est avantageuse pour un besoin temporaire. En cas d’usage relativement fréquent de matériels multiples, elle s’avère coûteuse. Il est alors utile d’évaluer les frais et d’avoir éventuellement recours à l’achat d’un modèle que vous accessoiriserez.

La location de courte ou longue durée

Lorsque vous avez arrêté votre choix sur une location car vous estimez que vos besoins ne sont que ponctuels, il vous reste à savoir ce qui vous sera le plus avantageux entre une location de courte durée et une location de longue durée. Les deux modes peuvent en effet vous être proposés, de même que la location d’un chariot avec chauffeur.

► location de courte durée

Idéale pour de la manutention ponctuelle de type déménagement, livraison ou travaux exceptionnels, la location de courte durée vous permet de répondre à un besoin, qu’il soit spécifique ou qu’il vise à compléter un parc déjà existant. Vous répondrez ainsi bien plus aisément aux besoins et nécessités de votre activité, sans dépenses inutiles. La location de courte durée est aussi pratique pour tester plusieurs engins et profiter des dernières innovations à moindres frais.

► location de longue durée

La location de longue durée répond à des besoins ponctuels mais sur des durées plus étalées. Elle est idéale notamment lorsque votre activité est irrégulière mais qu’elle suit des vagues relativement définies. Il vous est ainsi plus avantageux de louer sur des longues durées un ou plusieurs engins afin de répondre à des besoins saisonniers, en raison des tarifs généralement dégressifs proposés par les loueurs. En outre, ce type de location comprend bien souvent une partie maintenance.

Louer un chariot élévateur avec chauffeur

Louer un chariot élévateur avec chauffeur pour une courte ou une longue durée vous permettra, pour une utilisation ponctuelle, d’éviter de recruter un cariste titulaire du CACES ou de former votre personnel en conséquence. Vous réaliserez donc des économies non négligeables.

Dans tous les cas, comparez les prix en réalisant des devis comparatifs et assurez-vous que le matériel qui vous est présenté soit conforme et qu’il réponde à vos besoins. Enquérez-vous également des réglementations et des modes d’utilisations afin d’employer le chariot en bonne et due forme, ce qui vous évitera les frais de maintenance et/ou réparation induits. Enfin, veillez à ce que le cariste ait le permis CACES ainsi que les équipements de protection nécessaires à la manipulation de l’engin.

Conseils pour bien choisir son chariot

Pour vous aider à bien choisir votre chariot élévateur, il existe des points de vigilance bien utiles.

⇒ Quel environnement ?

Commencez par vous demander quel est votre environnement d’utilisation : en extérieur, en intérieur ou bien les deux ? Cela déterminera notamment le type d’énergie qu’il vous faut considérer ainsi que les réglementations à respecter.

  • En extérieur, un moteur thermique sera préférable (gaz ou diesel).
  • En intérieur, une énergie électrique est recommandée (veillez à leur consommation, leur autonomie et à la capacité de votre réseau).
  • Pour les deux utilisations, choisissez un modèle en fonction de son utilisation principale. Le thermique conviendra dans un intérieur bien ventilé.

Dans quel type de bâtiment sera-t-il amené à évoluer ? Il vous faut tenir compte de sa configuration, de ses accès, de ses éventuelles dénivellations, de l’état général des sols, de sa largeur, de sa hauteur, etc. Étudiez bien ces critères avant de faire votre choix afin d’opter pour un modèle adapté qui ne risquera pas de vous faire défaut ou de s’user prématurément.

⇒ Quelle(s) activité(s) ?

Il vous est important de définir les différentes activités et actions que votre engin sera amené à réaliser. Vous n’utiliserez en effet pas le même type de chariot élévateur selon ce que vous comptez lui confier : manutention de charges, transport horizontal, préparation de commandes, opérations de chargement/déchargement ou de stockage/déstockage, gerbage, etc. Quelle sera votre intensité d’utilisation ? Vos poids de charges moyens ? Les distances à parcourir ? Les hauteurs et largeurs des espaces dans lequel il va évoluer ?

⇒ Pour quelles marchandises ?

Le type de marchandise que votre chariot va transporter impacte forcément votre décision. S’agit-il de palettes, de caisses, de gros sacs, de matériaux volumineux, de marchandises lourdes, hautes, longues ? Cela déterminera votre choix de modèle, selon sa capacité de charge et/ou levage, son équilibre et les caractéristiques de ses fourches afin de répondre à vos besoins.

⇒ Quel mât ?

Chaque type de mât a une utilité propre. A vous de voir lequel correspondra à vos besoins pour vos marchandises, à votre activité et à la configuration de votre bâtiment :

  • Mât double en levée libre totale ou mât double sans levée libre ou télescopique : il se déplie avec la levée des fourches. Il convient aux espaces hauts ;
  • Mât triple en levée libre totale : les fourches montent seules sur le mât replié puis le mât se déplie ; il convient à tous les espaces mais est plus coûteux.

Il vous faut prendre trois hauteurs en compte dans tous vos passages, circulations et manipulations en surveillant les hauteurs de portes et sous plafond :

  • La hauteur du mât avec chargement au sol ;
  • La hauteur du mât avec élévation des fourches ;
  • La hauteur du mât entièrement déployé.

⇒ Quels accessoires ?

Un chariot élévateur fonctionne rarement seul. Pour bénéficier de toutes ses possibilités, voire pour les étendre, et afin de faciliter la manipulation des marchandises et de veiller à la sécurité du cariste et du personnel environnant, il vous faut opter pour un bon équipement et choisir les accessoires adaptés à votre activité :

  • Les fourches fixées au tablier ;
  • Les rallonges de fourches pour les charges légères ;
  • Le positionnement latéral des fourches pour la manutention de haute précision ;
  • Le tablier à déplacement latéral pour plus de précision latérale ;
  • Le presseur pour stabiliser la charge lors de son transport ;
  • Le pousseur-tireur pour faire glisser les marchandises sur la fourche ;
  • La pince pour le maintien des charges ;
  • La pince à bois ;
  • La pince et griffe ;
  • Le godet de reprise pour le vrac ;
  • Le pantographe pour manipuler une charge éloignée ;
  • L’éperon pour la manutention de charges spécifiques (rouleaux, bobines, etc) ;
  • La tête rotative pour tourner le tablier ;
  • La tête pivotante tri-directionnelle pour multiplier les axes de chargement/déchargement.

⇒ Quelle capacité résiduelle ?

Il est important de savoir évaluer les variations de la capacité de charge de votre engin selon les accessoires que vous y ajouterez, la hauteur de levée, le dénivelé, le centre de gravité, etc.
La capacité résiduelle est en effet la charge que le chariot peut supporter selon de la hauteur de levage. Elle est indiquée sur tous les engins mais peut varier selon de nombreux critères dont il faut tenir compte afin que la charge reste toujours collée aux talons de fourches et que la manipulation se fasse en toute sécurité.

La plaque signalétique

Présente sur tous les engins, elle doit renseigner leur capacité de levage, le modèle, le numéro de série, le poids, la norme de fabrication, le type et la capacité nominale (capacité de levage et portée maximale). En outre, s’il s’agit d’un modèle électrique, les éléments relatifs à la batterie doivent y être renseignés.

Quelles conditions pour le contrat de maintenance ?

La maintenance est essentielle pour le bon fonctionnement des engins et pour la sécurité des caristes. Il doit vous apporter une entière satisfaction sur le long terme. Il existe plusieurs formules, de la générale à la plus personnalisée en passant par une toute option. A vous de les étudier et de les comparer afin de répondre à vos besoins tout en bénéficiant de tarifs raisonnables.

Les frais du contrat de maintenance

Pour permettre à vos opérateurs de travailler en toute sécurité, un chariot élévateur doit être entretenu et régulièrement révisé afin de s’assurer qu’il réponde toujours aux normes en vigueur. Pour un entretien de qualité, il est recommandé et plus avantageux de confier cette tâche à un professionnel et d’opter pour un contrat de maintenance, dit contrat de service.

Ce type de contrat se choisit généralement lors de l’acquisition du chariot. Il existe deux formes de contrats de service dans le cadre de la maintenance de l’engin : le contrat de maintenance préventive et le contrat de maintenance full service.

  1. Le contrat de maintenance préventive prend en charge les contrôles et l’entretien préventif recommandés par le fabricant, les coûts de main d’œuvre et de déplacement, et enfin le remplacement de certaines pièces. Ce type de contrat s’adresse aux engins à utilisation faible ou moyenne.
  2. Le contrat de maintenance full service est plus global. Il prend en charge les contrôles et l’entretien préventif recommandés, l’entretien curatif, le remplacement des pièces, et les frais de déplacement et de main d’œuvre. Ce type de contrat est avant tout destiné aux engins à utilisation forte.

Il est possible d’ajouter certaines clauses, selon l’activité, l’utilisation et l’environnement du chariot, telles que l’entretien de l’équipement et de la partie énergie, les Visites générales périodiques, le remplacement de pneumatiques ou bandages ou encore le prêt d’un engin en cas d’immobilisation.

Ce type de contrat présente de nombreux avantages :

  • Des avantages économiques : les frais d’entretien du contrat de maintenance sont répartis sur la durée afin d’éviter les mauvaises surprises et les imprévus.
  • Des gages de sécurité : pour conserver votre engin aux normes d’entretien et de sécurité, un professionnel qualifié est le plus à même de respecter les exigences attendues.
  • Une simplicité accrue : cette formule permet à un professionnel d’assurer la maintenance du chariot et de vous soulager des risques de pannes importantes, ce qui limite les surcoûts dus aux réparations.

Comment protéger un engin en hiver ?

En hiver, les conditions de travail et d’utilisation des chariots élévateurs peuvent être plus complexes en raison du froid, des intempéries et de la neige. Pour éviter de perturber l’ensemble de la chaine, voici quelques conseils pour protéger votre engin en hiver.

La maintenance et l’entretien de l’engin

Pour que les véhicules passent l’hiver sans encombre, assurez-vous au préalable de leur bon fonctionnement au moyen de contrôles rigoureux. En cas de besoin, faites les remplacements ou les réparations nécessaires, vous éviterez de fragiliser votre engin et vous pourrez l’utiliser tout au long de la saison. Une révision générale est idéale avant les premiers froids.

⇒ Le système de démarrage : testez les batteries afin de contrôler leur niveau de chargement et leur état. Le froid les sollicite davantage, il est donc recommandé de prendre les devants plutôt que d’immobiliser votre engin en hiver pendant les réparations. Les bornes et les câbles doivent être propres, étanches et bien serrés, le démarreur ne doit pas trop consommer et l’alternateur doit avoir une sortie suffisante.

⇒ Le système de refroidissement et de chauffage : assurez-vous de l’absence de fuites, du bon état de vos tuyaux et des niveaux de liquide réfrigérant et d’huile.

⇒ Vérifiez l’état des pneus, des écrans, des batteries, des essuie-glaces, des avertisseurs sonores et lumineux et des phares et effectuez les changements nécessaires avant que le froid n’aggrave leur état.

⇒ Assurez-vous que vos caristes ont à disposition des vêtements appropriés pour le climat hivernal : gants, combinaison chaude, chapeau, gilet réfléchissant, etc.

La sécurité

Pour le travail en extérieur et afin de faciliter la circulation des engins dans le respect des règles de sécurité, surveillez l’état des sols et des allées, qui peuvent geler et devenir dangereux. En cas de neige, assurez-vous de posséder le matériel adéquat pour la dégager rapidement ; vous éviterez ainsi des retards, des complications, voire des dégâts.

Tous les équipements de sécurité doivent être en bon état de fonctionnement pour permettre aux opérateurs de travailler en toute sécurité dans cette période de froid et où la nuit tombe plus vite. En outre, le personnel doit être formé à affronter l’hiver et à travailler dans ces conditions climatiques parfois difficiles.

La sécurité des caristes

Vos caristes seront amenés à utiliser le chariot régulièrement et doivent y trouver la sécurité et le confort maximum. Veillez à choisir un modèle sécurisé et ergonomique, et à l’équiper d’accessoires de sécurité.

Une bonne ergonomie est importante pour ne pas impacter la santé du cariste amené à manipuler l’engin régulièrement, notamment afin de prévenir les TMS (troubles musculo-squelettiques) :

→ Privilégiez les modèles ergonomiques

→ Limitez les hauteurs de charges et les efforts manuels

→ Veillez à l’entretien des sols et des roues afin de limiter les vibrations

→ Optez pour une cabine spacieuse et un siège confortable et réglable pour une bonne position de conduite

→ La visibilité doit être optimale afin d’éviter au cariste des mouvements de torsion de dos et de nuque

En outre, le CACES est vivement recommandé, bien qu’il ne soit pas obligatoire pour la manipulation de tous les modèles. Il est néanmoins un moyen de former convenablement vos caristes et de leur permettre de conduire avec une autorisation en règle et d’être aptes à prévenir les risques d’accidents.